nomaderiev7.1 :: What fucking old ?
Home to nomaderiev7.1
FAQSearchMembersGroupsProfilePMsRegisterLoginLogout
 
What fucking old ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    nomaderiev7.1 Index du Forum -> Vapeur de fumée -> Les campements nomades
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Bahca
Administrateur

Hors ligne
Messages: 137
Inscrit le: 08 Nov 2017
MessagePosté le: Lun 20 Nov - 16:28 (2017)    Sujet du message: What fucking old ? Répondre en citant

Déja posté :


Bahca
18/10 10:23 

Quelques jours, quelques heures. Ta gueule. 

L'homme ne savait pas quoi dire. Il avait face à lui un gamin, un petit homme, d'à peine 10 ans, sans doute moins. Peut-être plus ? Peut-être le dernier, en tout cas, depuis la catastrophe, et de toute l'humanité. Il serait dans la force de l'âge, quand lui-même nourrirait les vers et servirait d'humus. S'il avait de la chance. 

Un chien gambadait à autour d'eux. Joueur et énergique, l'animal ressemblait à un de ses électrons que l'on voit tourner plus ou moins vite autour d'un atome plus gros, en cours de chimie. Il se gratta la joue, machinalement, de sa main gauche. Il racla ses ongles trop longs, noircit par la suie, contre une peau rugueuse noyée sous les poils revêches. Il frotta tant et si bien que, quand il porta son index à la bouche, pour nettoyer ce racloir improvisé des peaux mortes qu'il pensait avoir récolté, il goutta le sang.

Ah, le sang… Ta gueule. 

« Bon. On a pas des masses de médocs... », dit-il en recomptant les boites d'aspirines qui s'empilaient devant lui. Le gosse avait fait sans doute main basse sur la pharmacie de mamie. Sans bobo, quelques semaines, mais dans un monde comme celui qui se dessinait à présent, un anti-bio allait valoir de l'or. Enfin, si l'or valait encore quelque chose. 

« Tu bouges pas Jino, d'accord. Je te nomme chef de campement. Tu surveilles les environs. Je vais… Je vais voir de l'autre côté de la dune. »

Il ne pensait qu'à pisser, au début. Il mit en branle ses deux jambes ; l'humaine, faite de chair et d'os, de sang et de nerfs, et l'autre, cette espèce de sculpture anthracite. Elle lui faisait mal, à présent qu'il en connaissait l'existence, à la cuisse, juste au dessus du genou ; juste en dessous du moignon. Un jour, il l’enlèverait, pour regarder. 

Ah, curiosité ? Curiosité morbide, oui… Ta gueule. 

Il n'allait pas uriner aussi prêt du campement, et, de toute manière, il y avait le chien, qui l'avait suivi. Foutu cabot, avec sa trogne toute mignonne et son oreille de traviole… Et il y avait l'autre. Une femme suivait leurs pas, sans un mot ; peut-être sans âme. Il n'avait pas osé l'approcher. Le chien jappa deux fois, avant de filer au sommet de la dune ; Bahca sourit : il le rattraperait vite, puisqu'il semblait l'attendre. 

« T'en penses quoi le chien ? On va lui rendre visite ? »
"Mieux vaut naviguer avec un bon capitaine ombrageux qu'avec un mauvais capitaine hilare."
Le chien
18/10 16:26 

Son chef de meute, c'est le vieil homme-Drakkar. Et quand il parle, les ongles imprégnés d'une forte odeur de sang, ses souvenirs de chien s'enivrent de hurlements guerriers.

HOUUUU !!! AHHHOUUU !!!

...

Une nouvelle lumière blafarde enveloppe son poil blanc de chien du Nord, cependant que le clair de lune joue à cache-cache dans les creux et les bosses. 

Au sommet de la dune le chien jappe deux fois. Une étincelle du diable semble s'agiter au fond de ses prunelles. 

En pleine méditation olfactive, quelque chose de faisandé lui rappelle les temps où il allait chasser avec son père. L'odeur lui enflamme la truffe, c'est froid et c'est salé. On dirait un mélange de rosbif à la sauce aux huîtres,

MMPHOUFFF ! 

Elle (la proie) est vraiment mal cachée, typique d'une stratégie vouée à l'échec.

Il est en train de se faire les dents lorsque le chef de meute arrive enfin, avec son pas détectable à des centaines de lieues à la ronde. Ses yeux de chien ne peuvent s'empêcher de le dévisager, et l'homme pourrait y lire une certaine extravagante cruauté, mêlée de malice enfantine, comme s'il s'apprêtait à jouer un mauvais tour.

"T'en penses quoi le chien ? On va lui rendre visite ?"

L'homme lui parle. En guise de réponse, il file tout droit en rase motte, et disparaît dans la semi obscurité. Il va débusquer sa proie, et la rabattre, c'est certain.


Grrr, ouah, ouah, grrr...
Bahca
18/10 20:36 

"Faut croire qu'il est moins bête qu'il en à l'air, ce cabot là."

Bahca se murmure à lui même quelques mots, comme pour éviter de trop donner à l'animal une certaine humanité. 

Ne pas s'attacher... Les choses et les gens meurent... Ta gueule. 

Il le regarde, ce petit roti sur pattes, courir courageusement vers les délices des dangers. Ses muscles jouent tout le long de son corps de canidé. Oui, l'animal avait quelque chose de rassurant; la puissance contrôlée de la nature. 

"Merde; allez, on y va."

La donzelle était là-bas, au pied de la dune. Il ne fallut pas plus de quelques minutes pour que le chien l'ait repérée, et, de quelques aboiements bien sentis, lui ai fait comprendre qui était le patron. L'homme arriva un peu après, boitillant. Il admira la scène, la mise en garde de celui qui montrait des dents, la passivité de celle qui craignait de recevoir une vilaine morsure; il haussa les épaules, et attrapa une besace qui trainait au sol. Il l'ouvrit, contemplant les quelques boites de conserves, la bouteilles d'eau et les cachetons éparpillés dans les plis du tissu. Un sourire furtif glissa sur son visage. 

"On prend ça, ça suffira. On est pas des voleurs."
"Mieux vaut naviguer avec un bon capitaine ombrageux qu'avec un mauvais capitaine hilare."
Le chien
21/10 08:18 

Le chien semble sceptique, sa langue aiguise une canine longue, aussi pointue qu'une dague. Mais l'homme-Drakkar baisse la voix, et seul ses yeux doctes l'empêchent de se ruer sur la proie, et de la mettre en pièces. Le clebs du Nord baisse lentement les yeux, machinalement il porte sa patte sur l'oreille qui lui manque. Lorsque sa mère l'avait sevré, il s'était montré capable de mettre en bouillie n'importe quel menu fretin. Il proteste, jappe ! jappe !

La victime, elle, les regarde s'éloigner, souillée d'urine et de sueur. Sans ses antibiotiques, ses rêves de taupe tourneront vite au cauchemar.

...

Sous ses pattes, le sable est chaud, au loin les bêtes aux formes crénelées se confondent avec les dunes. Le chemin emmène la petite meute dans une étendue désertique. Le canidé hume le vent qui se lève chargé d'odeurs humaines,chniouf ! ça sent le troupeau de moutons qui se rapproche. Mais qui se rapproche rapidement, comme un vol de vautours... Des voix fortes, des croassements cacophoniques, pour une rencontre pas innocente.

"Approchez, partageons vivres et savoir, notre rencontre n'est pas innocente !"

Le fils d'Odin ne comprend rien à ce langage de sorcier, mais l'homme qui leur parle pue l'eau du Téfrond, c'est sûr.
Grrr, ouah, ouah, grrr...
Le chien
21/10 09:24 

*Tréfonds
Grrr, ouah, ouah, grrr...
Huan
08/11 10:50 

Huan accueillait ceux qu'il appelait les Élus auprès de lui, pour l'instant il n'avait pas trouvé de Grand Ouvrier, mais les bonnes âmes se rassemblaient, elles allaient pouvoir l'aider à maintenir le Chaos, à accomplir sa destinée.

Le groupe qui l'accompagnait était de plus en plus conséquent, tous n'étaient pas convaincu par les paroles de l'aLsphalte, mais Huan était convaincu que ça viendrait avec le temps si tel était la volonté du Grand Troll.

Ils venaient d'installer un petit campement de fortune quand un vent venant du Sud Ouest fit s'élever une grande nué de sable embarquant la petite compagnie dans une brume granuleuse, fouettant les parties de peau visibles, s'infiltrant dans les narines et dans les yeux.

Alors que la raison voudrait qu'à cet instant chacun des membres de la compagnie cherche un abris, les yeux du chinois s'écarquillèrent et il se retourna prestement face à la nuée.
Malgré la gène occasionné par la poussière, par un miracle venue du plus profond de la terre il vit un petit groupe pas très loin d'eux et à ce moment il sut que ce que le Grand Troll voulait.

D'une voix forte au rythme lent, chaque mot était distinctement prononcé pour qu'il puisse être entendu de loin à travers le vent, la voix de l'asiatique résonnait comme dans une caverne et s'engouffra jusqu'aux oreilles des nouveaux venus.

"Bienvenue à vous amis ! Je suis Huan prophète du Grand Troll, l'aLsphalte, et ensemble nous avanceront.

Approchez, partageons vivres et savoir, notre rencontre n'est pas innocente !".
Jinichi Hoshino
14/11 19:51 

Le trio composé d’un vieux militaire, un enfant asiatique et un chien crapahute dans les dunes depuis de nombreuses heures. Le sable et le vent rendent l’avancée difficile, les corps sont à bout de force. Et lorsqu’enfin Bahca se retourne pour annoncer que leur calvaire va prendre fin pour aujourd’hui, il remarque le jeune Jino bouche-bée, bras droit tendu, l’index pointant au Nord-Est.

"Oh, regardez!
Ya plein de gens là-bas!"

Le marmot bloque sur un des types en particulier, dont le visage est grimé de noir. Il affiche une moue et fronce les sourcils de dégout avant de s’exclamer.

"Berk !
Il a du caca dans la figure!"

Bahca
15/11 09:55 

Je poste au nom de notre saint serviteur du christ rédempteur, parce qu'il semble baveux, en ce moment.

Pasteur Custer

Le pasteur avait regardé la troupe hétéroclite, composée d'un mioche bridé (encore un...) d'un clebard et d'un fatigué, se rapprocher.

Il n'avait rien dit, se contentant d'observer.

Huan avait parlé le premier, puis ce fut au tour de l'avortons de prendre la parole... Il n''avait pas tord! Huan se peinturlurait le visage avec de la merde pétrolifère!

Alors il leva la main, à l'attention "des sous mariniers".

"Bonjour, je suis le révérend Custer, de la paroisse de Charlottsville. Au nom de mes camarades ici présent, je vous souhaite la bienvenue"

Puis il regarda le bambino. 

"Ca va petit? Tout va bien? Tu n'as rien à craindre."

Puis, à l'attention de l'adulte. 

"Que le seigneur soit avec vous. Si seulement vous pouviez tenir votre chien..."







Poste à suivre : 


Huan :


Huan pas vraiment gêné par la tirade de l'enfant c'était contenté de regarder la suite de la scène un sourire aux lèvres.


Lorsque le groupe avait quitté leur champs de vision il avait convenu avec ses compagnons de les rejoindre, il sentait l'utilité de cette rencontre.


Arrivé face à l'homme, l'enfant et le chien il s'approcha et commença à parler.


"Bonjour, je suis Huan premier prophète du Grand Troll.


N'ayez crainte vous n'êtes pas en danger, nous somme ici pour vous proposer de nous suivre. Vous n'entendez certainement pas les paroles du Grand Profonds mais sachez que vous avez le potentiel pour faire parti des Grands Ouvriers qui font tourner le monde.


Rejoignez-nous, faisons route ensemble et partageons nos savoirs.


Vous ne le savez peut être pas mais vous faites parti des Élus, si vous avez des questions n'hésitez pas." 




Mislav Kovac - a poster par quelqu'un d'autre:


A l'écart du groupe lorsqu'ils avaient vu les Submarines, Milsav n'avait pas préféré se présenter dans un premier temps , mieux valait laisser parler Huan, il avait le bagou suffisent pour parler en son nom. De toute façon , le Serbe n'était pas forcément bavard. Il s'était occupé de se soigner correctement pour repartir le gourdin levé.


Le but était de rejoindre le petit groupe en revenant sur nos pas, pourquoi pas se disait Mislav, plus on est de fous et plus on rit. Entre temps , deux guss étaient arrivés. Même à eux il ne s'était pas présenté. Un peu hirsute le Serbe, mais c'est souvent ce qu'on dit des militaires.


Une marche dans le désert, plein Sud et voilà tout le monde réuni.


Et c'est avec des yeux écarquillés que le Serbe regarda les nouveaux. Huan allant à leur rencontre pour expliqué sont truc d'illuminé, lui restait toujours un peu en retrait pour les observer.


Un homme, un gamin et un clébard. Nan mais sérieusement, avec les tarés avec qui il voyageait, ça en faisait une belle brochette de branleurs ! A voir de l'extérieur on pourrait voir le muppet-show en action.


Mais si Huan réussit à fédérer du monde autours de son Grand Machin , le Serbe avait pour habitude d'être fidèle à ses engagements, alors gourdin en main, il avança vers le petit groupe pour se présenter, espérant ne pas repartir dans une crise à la con.


Accent Slave


Salut ! Jme nomme Mislav Kovaç, j 'suis comme dirait Huan un bras armé, bon j'me verrai bien plus avec une bonne vieille Kalash , mais bon j'me contente d'ce bout d'bois 


Bahca :


"Un pasteur ?"


L'homme, celui qui boitait,serra sa main sur sa besace. S'il se méfiait des inconnus, ils se méfiaient encore plus des fanatiques et des religieux; et visiblement, il était servi, aujourd'hui. 


"Tout doux le chien, tout doux..."


Rassuré par la proximité de la bête, il se concentra sur le groupe qui campait à deux pas des siens. Avec leurs mines patibulaires, leurs peintures de guerre, et les sermons incompréhensibles de l'asiatique, il sentait que tout pourrait tourner mal, en quelques secondes. Pourtant, il le savait, il valait mieux échanger des mots et des services que des coups et des bosses. Courbé naturellement, l tenta de se redresser, trébuchant un peu, grimaçant. Ce n'était plus un arbre juvénile, plein de sève, qui se fraye un chemin direct vers les rayons du soleil, mais l'une de ces plantes tortueuses qui, faute d'avoir eu une consistance solide, ont imaginé mille merveilles d'astuces pour prétendre à quelques photons.


"On est que de simples voyageurs. J'amène..."


Comment l'appeler ? Comment justifier leur curieux équipage ? Il regarda le gamin. Enfin, il le chercha du regard; car le mioche, subitement avait disparu. 


Jino :


Jino est éveillé pour son âge, énormément. Par contre, il est rare de focaliser son attention très longtemps. Après avoir observé de longues minutes l’homme dont le visage est grimé de noir. Il s’en détourne et scrute l’horizon. Au sud est, il remarque un étrange scintillement. Et tandis que Bahca et le chien sont occupés à jauger leurs nouveaux voisins, le petit se fait discrètement la malle. Il fonce fièrement vers son nouvel objectif. La fatigue qui le tiraillait a subitement disparu. La soif de l’aventure a pris le dessus. Qu’allait-il donc découvrir là-bas ? Le garçonnet a sa petite idée : un trésor de pirates. Aucun doute. Avalant petit à petit les kilomètres, il imagine tout ce qu’il pourra s’offrir avec son butin. Principalement des sucreries, bonbons, chewing-gums et caramels mous… Le marmot s’en frotte les mains d’impatience.


Au bout du chemin, la déception. Le jeune a les sourcils froncés, la bouche à l’envers. Il observe avec dédain les pièces mécaniques qui l’ont attiré jusque-là. Ramasse l’une d’elle puis la balance au loin d’un air renfrogné. Dernière chance, un baril domine l'amas métallique. Jinichi se jette dessus et l'ouvre à l’aide d’un tournevis qui trainait là. Et ô surprise…


"Encore du caca ! ERK !"


Il lâche le couvercle avec dégout et s’essuie machinalement les mains sur sa chemise à carreaux.
A quelques mètres de là, une dizaine de chameaux broutent le peu de végétation qui a daigné poussé sur cet océan de sable. 




Bahca :


"Merde ! JINO !"


Déjà, l'enfant, haut comme trois pommes, filait dans une direction que lui seul connaissait. Avait-il eu peur de la bande qui leur faisait face ? Bahca n'en savait rien. Il regarda les gusses, et, levant les yeux au ciel, eut pour eux une petite mine contrite. 


"Vous nous excusez ? J'ai un mioche à rattraper."


Puis, au chien qui était, pour une fois, resté sage et silencieux, le rutilant vieillard intima l'ordre de piste le jeunot. 


"Le chien ! On file rattraper le mioche ! Mais on ne lui fait pas de mal, hein ?" 


Le canidé le devançait de plusieurs mètres, mais lui, avec sa jambe morte, il ne pouvait courir aussi vite. Il avait, en plus, passé en bandouillère, en travers de son torse, une besace qui contenait de précieux vivres qu'il ne pouvait pas se permettre d'abandonner pour s'alléger. Il faudrait qu'il bricole un truc pour que le chien le tire... Un travois peut-être ? Comme les traîneaux des inuits.. Sur que l'animal rechignerait. 


Il fallut beaucoup d'énergie, tout aussi précieuse, pour enfin mettre la main sur le gamin. Bahca le retrouve tout peinturluré et poisseux, visiblement fort mécontent. Il voudrait le gronder, lui faire comprendre qu'on ne peut pas se permettre ce genre de caprice, mais il est vite rattrapé par le mirage qui se présente à lui : des chameaux, paisibles, broutent dans les parages. 


"Des putains de chameaux ?"


Huan : Petite liaison à faire, peut-être


Huan soudain proche du groupe se met à humer l'air, comme attiré par une odeur volatile.
Son regard se pose alors sur l'enfant et un sourire léger apparait sur son visage.


Alors d'une voix onctueuse il se met à genoux devant l'enfant et sort de sa poche quelques rations et une gourde noire.


"Jeune homme, que tu sois béni, tu porte avec toi le sang du Grand Troll, voici quelques rations, tu es protégé par le Profond, sois en fier."


Il tend la main vers le baril de pétrole.


"Permets tu ? Ma gourde est vide ?"


Puis il redresse le regard vers le chien et l'homme.


"Le Grand Troll m'avait prévenu, faisons route ensemble, apprenons à nous connaitre, nous avons beaucoup à nous apprendre."


Le chien:


Et voilà que le chien arrive, chien de meute des steppes du Nord, personne ne l'a invité, mais il s'invite au bal. Comme un clébard. Shniouf, il renifle l'entrejambe de l'homme (celui qui tient une gourde, tout près du petit, trop près). MMPHOUF ! GRRR.. Fait-il, à croire que l'antichambre d'Helheim, la porte des Enfers, c'est par ici. Dents qui sifflent, babines qui palpitent, tout un genre de tic nouveaux lui montent à la figure.


Schiste et bitume ! OUAH ! OUAH ! Quoi ? Si l'homme-pétrole touche encore à un seul cheveu de Jino, il n'hésitera pas à lui planter ses crocs dans la cuisse.


Déjà il recule pour protéger SON petit, prêt à frapper. A moins que ? Peut-être que le Démon qui baragouine un langage de sorcier a un morceau de lard dans sa poche, pour lui ? Il lève des yeux faussement mouillés, pleins de malice.


N'est pas chien d'Odin qui veut.


Jino :


Lorsque son chien, puis Bahca et enfin les adeptes du Grand Troll rejoignent Jino, celui-ci est confortablement assis sur ses fesses, adossé contre le baril de pétrole qu’il vient de dénicher. Il croise les bras et semble bouder, il faut le comprendre son trésor de sucrerie vient de s’envoler. Son visage et ses vêtements sont tachés d’hydrocarbure au point qu’il ressemble à un mini Huang. Quand le révérend Custer lui demande si tout va bien, le mioche répond sèchement.


"Nan ! J’suis tout sale !
Si ma maman m’retrouve, elle va me taper !"


Des larmes s’apprêtent à rouler le long de ses joues lorsque Huang s’approche avec sa gourde et félicite l’enfant. Immédiatement, son chien vient s’intercaler pour le protéger. Surpris, Jino se redresse et pose une main paisible sur la bête. Il jette un oeil au baril et la gourde que l’homme lui tend lentement.
Le gosse remarque finalement le morceau de viande séché et comprend qu’il s’agit d’un échange. Sans un mot, il s’en saisit, coupe le bout en deux et en donne la moitié à son cerbère pour le calmer et enfourne le reste dans sa bouche. La marche ça donne faim, cet encas ne vaut pas les caramels mous mais c’est mieux que rien. Il répond la bouche pleine.


"D’Mrphf’ccord... "


Après avoir avalé, il s’inquiète néanmoins pour la santé du nouveau venu.


"M’sieur, euh…
Faut pas boire ça, hein…
C’est pas propre et ça pue, berk !"


Puis le marmot et l’animal se retranchent auprès de Bahca.


Bahca :


Il n'avait pas eu le temps d’empêcher le gosse de fourrer dans sa bouche ce que le gars louche venait de lui refilé. Heureusement, le chien n'avait pas eu l'air inquiet, et Bahca se référait depuis suffisamment longtemps à l'instinct animal pour imaginer que le cleps n'aurait pas boulotté un truc faisandé. Quoi que. 


"Jino ! Tu ne devrais pas accepter des trucs d'inconnus..."


Il se rendit compte qu'il agissait comme un père fouettard, alors qu'il était lui même, peu ou prou, un figure nouvelle dans la vie du gamin. Il se frotta machinalement les poignets, rinçant ses mains dans un peu de sable. 


"Oué, enfin, bon..."


A l'attention des adeptes des trolls, il ne savait qu'elle position tenir. Ils avaient suivi sans rien dire la course effrénée du quadra ? Quinqua ? Pire que ça ?, qui tout essoufflé en arrivant, avait encore du mal à reprendre son souffle. 


"Enfin, vous voulez quoi au juste ? Je comprends pas tout votre charabia, mais votre destination, c'est quoi ?"




Huan


Le chinois regarde la gourde avec admiration avant d'enfin considérer le chien, il lui lance un sourire puis retourne son regard vers l'enfant.


"Ceci est le sang du Grand Troll, mon rôle est d'en trouver les sources et de le répandre parmi les Hommes afin de maintenir le Chaos qui fait tourner le monde.


Mais ce sang est une bénédiction, nous devons en prendre soin.


Bahca prend la parole, il doute, il protège, alors Huan verse quelques gouttes de mazout sur sa main avant d'appliquer une nouvelle marque sur son visage avant de s'adresser à tous les compagnons réunis.


Je ne sais pas qui vous êtes, ni où vous allez, mais sachez que je suis porteur d'un fardeau, un fardeau qui me pèse et qui me porte.


Depuis le Grand Cataclysme j'ai la chance et le malheur d'entendre les voix du Tréfonds.
Le malheur car je suis maintenant responsable, la chance car je suis guidé vers sa Grandeur.


Je me dois de dénicher la chair et le sang du Grand Troll. Mais pour cela je me dois de rassembler les Grands Ouvriers, qui m'aideront dans ma tâche.


Je recherche actuellement les sources, afin de trouver le sang" Il montre la gourde. " et la chair, mais le voyage ne prendra jamais fin, nous devons aller de source en source pour puiser la puissance du Tréfonds, les Ouvriers, les enfants du Grand Trolls, doivent se rassembler et Œuvrer pour cela."


Huan se pose au sol, dépose son oreille contre le sable puis regarde consécutivement l'enfant, Sung, l'homme muet et… le chien ? Après tout pourquoi pas ?


"Nous avons tous notre rôle, il faut protéger les Ouvriers, et tu es bien accompagné inconnu. Faisons route ensemble, partageons repas et discours, vous apprendrez à comprendre, je vous apprendrez, et ensemble nous pourront protéger les Ouvriers."


Le regard du prophète était lunaire, sa voix semblait voguer sur un fleuve doux et brumeux, il prenait le temps de déposer chaque mot comme pour ne pas l'abimer, il était surement fou, mais actuellement il ne semblait pas agressif.






Mislav Kovac :


Il était posé au sol à côté du petit groupe le Serbe, laissant Huan élucubrer ses histoires farfelues de sang du Grand Truc, ça le faisait toujours marrer de voir un énergumène comme le Chinois sortir autant de conneries pour dire des choses plutôt simple dans le fond.


Il prit la parole toujours avec son accent Slave


Y'a pas à dire Huan , t'es un sacret numéro ! Suffit d'leurs dire simplement qu'tu cherches des ouvriers pour faire l'commerce du pétrole dans un monde à reconstruire, on sait qu'l'or noir a toujours apporté l'pouvoir , et les hommes s'sont toujours battus pour l'obtenir ; c'est pas ici qu'ça changera d'façon ! Manquerai plus qu'on arrive à vivre dans un monde de paix ... c'serait la meilleure ça !!!




... ouaih la meilleure !


la meilleure !!


ah ah la meilleure !!!


... la meilleure !!


putain d'meilleure !!!!


la ... laaaa .... meilleure !!!!!!


laaaaaaAAa...........mmmmmmmpffffff


Rebelotte pour la crise, ça faisait un petit moment qu'il était plutôt tranquile avec ça , mais c'est reparti de plus belle. Les deux mains sur sa bouche, il s'empêcha de ressortir toujours en encore les mêmes mots. Putain d'guerre ! Putain d'cerveau ! Putain d'produits !


Une fois calmé, le Serbe fit un signe à la Crêpe , imittant la kalash .. TAC TAC TAC TAC TAC !!!


Un illuminé, un pasteur, un Serbe taré , une Crèpe et un Chinois bookmaker, il en fallait de l'imagination pour faire avancer tout ce petit monde ! 




Jino


Les adultes discutent, le gamin écoute. Et il comprend pas grand-chose à tout ce charabia, le petit... Il reste dans un premier temps silencieux, observant un à un les nouveaux arrivants. Leurs têtes semblent lui convenir. Petite réserve néanmoins pour le type au chapeau, dont le visage lui évoque un monstre. Il affiche une mine craintive et détourne rapidement le regard avant de faire dans sa culotte. Il bute soudain sur un mot prononcé par Huan et se décide à poser une question.


"Dites, c’est quoi un ouvrier ?"


Sa petite voix passe inaperçue dans le flot de paroles. Du coup, il répète la question une fois…


"C’est quoi un ouvrier ?"


Deux fois…


"C’est quoi un ouvrier ?"


Trois fois…


"C’est quoi un ouvrier ?"


Subitement, les tempes de Jino chauffent, les sourcils se froncent, la bouche se renverse… et il balance son arme d’un geste brusque au milieu des pièces métalliques éparpillées au sol, faisant un boucan monstre. Pour terminer, il lâche de toutes ses forces.


"C'EST QUOI UN OUVRIER!!!"


Le visage de l'enfant est pourpre de colère mais, au moins, on l’écoute désormais.




Franck Custer :


Le mioche avait de la voix! Il voulait se faire entendre. De ce qu il souvenait, c'était un premier age bête que traversait cet enfant. Il faudrait faire avec, à moins que le seigneur le rappelle à lui.


Un ouvrier? c'est quelqu'un qui travaille pour une personne. Dans le cas présent, ce serait de trouver un type qui creuserait le sous sol afin que Mr Huan se remplisse les poches de pétrole.


Et c'est ce que devait être tes parents aussi....


Le mioche pose beaucoup de question , le serbe divague, et Huan perd la boule. Le voyage serait long pensa t'il.


Sans parler du chien qui n'a qu'une oreille. Déjà qu'il n'aimait pas beaucoup les corniots..


Le voyage serait long.




Kiba le chien


Et le clebs s'étire, il baille au milieu du camp. Le soleil bombarde et enflamme son poil blanc de chien du Nord. Il hume le vent qui se lève, ça sent la rivière dont on a raclé le fond, on jurerait le pot de chambre de Loki.


Les bêtes aux formes crénelées sont réparties, et se confondent avec les dunes, les choses cylindriques forment une tache sombre au milieu de ce tableau, ça lui ratatine la truffe.


Un homme-drakkar fait TAC TAC TAC TAC TAC !!!
AOOUUUH ! AOOOUUH !!! Des souvenirs de chien lui coulent le long de l'échine, des choses qui dansent sur les eaux et se mettent à hurler à l'ombre de ses paupières, son tic de se frotter l'oreille qui lui manque le reprend.


Un homme parle à son petit, encore, après le Démon-pétrole. Il le renifle de loin, TCHOUF ! L'envie d'éternuer s'accentue, TCHOUF ! TCHOUF ! Il secoue sa tête pour faire passer.


Puis tranquillement, pour une fois, il rejoint sa meute, et vient se poser au milieu, entre le vieil homme-drakkar et l'enfant-Roi, et réclame une caresse.








Interlude.






Bahca : 


Plus tard. 


"Hey gamin..."


Le décharné, tout en os, tout en carbone, tout en poils hirsutes, s'approcha de l'enfant. Cela faisait quelques lunes qu'ils arpentaient ensemble ces terres sauvages. Enfin, ensemble : la plupart du temps, Bahca courait après Jinichi, car ce dernier n'en faisait qu'à sa tête.


"Arrete de macher cette merde, ca va te rendre accro..."


Comme s'il s'apprêtait à le gronder, l'homme s'approcha de l'enfant. De près, il faisait peur à voir, avec sa trogne grimaçante, et ses cernes cadavériques. En plus, il sentait, et suait abondamment : son maillot de corps était totalement détrempé. Il farfouilla dans sa poche, en grommelant, et en sortit une vieille paire de lunette d'aviateur. Il claqua l'élastique : le caoutchouc était encore bon.


"Tiens gamin, mets ca sur tes yeux, pour te protéger du soleil, quand tu seras là haut..."


Et sans lui demander son avis, il attrapa le môme sous les aisselles et le hissa, tant bien que mal, sur le bestiau qui broutait nonchalamment à leurs côtés. Encore un pissenlit que la sécheresse n'aurait pas. 


Jino : 


Fier comme un paon avec ses lunettes d’aviateur, Jino est d’excellente humeur. Son unique préoccupation est de trouver un présent à la hauteur pour remercier Bahca. Il en a accumulé des babioles durant ses escapades mais rien ne semble lui convenir. Jusqu’à ce qu’il glisse la main dans sa poche et redécouvre le fabuleux objet qu’il avait mis de côté en cas d’extrême urgence… Le cadeau parfait. Doucement, il glisse le long du camélidé, puis s’approche du vieux, ses mains forment une sphère qui cache son présent.


"Tiens! C’est pour toi!"


Sourire jusqu’aux oreilles, sur de son fait, il attend que Bahca tente les mains pour déposer délicatement l’objet. Ce dernier découvre une longue gaine en latex… un préservatif usagé!


"Un lance-pierre ! J’ai testé ça marche !"


Bien entendu, pour l’adulte cet objet cache une toute autre fonction que le gamin ne peut imaginer… Jino de son côté attend la moindre réaction de satisfaction de son ami pour confirmer son excellent choix. 


Bahca : 


Il se plia aimablement aux desiderata du gamin; cette bouille toute jouflue de l'innocence de l'enfance l'attendrissait chaque jour un peu plus. Il tendit la main, doigt bien écarter, pour ne pas perdre la babiole que le gosse avait l'air de prendre pour un trésor. Lorsqu'il écarta les doigts, il fut particulièrement surpris. Désagréablement surpris. Il lacha l'objet pernicieux immédiatement, devant les yeux médusés de Jino. 


"Heu..."


Comment trouver les mots, pour ne pas blesser son compagnon de route ? Il avait cet air candide et fier d'un fameux pirate offrant une part de son butin; la refuser aurait été inconcevable... Bahca ramassa la capote du bout des doigts; pincé entre son pouce et son index, le latex semblait bien avoir été usagé... quand ? Hier ? Il y a des mois ? Des années ? Le plastique ne se décompose pas. Il eut un mouvement de dégout, mais, courageusement, enfourna le tout dans l'une des poches de son pantalon. 


"Merci Jino, ça me sera très utile ! Je garde ça bien au chaud pour plus tard..."


Il s'en débarrasserait quand le gosse dormirait.


Revenir en haut
Publicité

MessagePosté le: Lun 20 Nov - 16:28 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    nomaderiev7.1 Index du Forum -> Vapeur de fumée -> Les campements nomades Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Graphite Theme © 2004 DisfunktionCrew.com

Traduction par : phpBB-fr.com